Oh oui grand fou, étale moi ta peinture !

Publié le par lamain

 

Aujourd'hui, Noune De La Main vous propose une thèse inédite (enfin, à sa connaissance) en épistémologie des Arts. Et comme c'est (sur son initiative) la JIDK (Journée Internationale Du Kul), veillez à écarter toute personne non avertie de votre écran.

Vous inquiétez pas, c'est comme la sodomie, ça va forcer un peu mais ce sera pas long.

 

On dit qu'un artiste accouche de son oeuvre.

Finalement, je me demande si il ne serait pas plus adapté de dire qu'un artiste a joui son oeuvre. Explication.

 

D'abord, il y a l'état créatif. Vous savez, c'est quand on a envie d'écrire / dessiner / etc. Bon, ça n'arrive pas tous les jours, mais quand c'est là, cet état nous rend fébrile, plutôt enthousiaste, on a la petite boule dans le ventre comme si on était un peu amoureux, et on se sent plutôt plein de libido... Ou alors je suis la seule à qui ça fait ça et je suis atteinte d'une forme de perversion sexuelle intéressante, je ne sais pas. D'ailleurs j'ai remarqué que quand je ne prends pas la pilule je suis plus créative, dans tous les sens (du terme).

 

Je passe sur le processus (chut les médecineux) de création, qui se déroule avec plus ou moins d'accrocs, plus ou moins de facilité, tout comme une partie de belote (eh oui, des fois on pense que ça va passer, et puis on a beau humecter, hein... bah ça passe pas. C'est comme une sodo... Ah oui, c'est normal).

 

Vient le moment où la source se tarit. Momentanément bien sûr, du moins l'espère-t-on (n'est-ce pas messieurs). C'est donc la fin de la session, qui s'achève sur une sorte de plénitude post-coïtale où un calme profond assorti de la satisfaction d'avoir aussi bien travaillé se fait ressentir.

 

Alors... Faire l'artiste, est-ce une façon détournée de se masturber ? Présenter une œuvre, est-ce un moyen d'afficher ses performances (et cela expliquerait-il l'attirance d'autrui pour le congénère doué de capacités artistiques quelconques) ? Dans quelle mesure la sensibilité est-elle liée à la sexualité ? Oh mon Dieu, est-ce que Freud avait raison ?!

Publié dans les articles de Noune

Commenter cet article